contact@procadres.com

01 45 72 12 12

a
a
M
$

Entreprises

Contextes d’intervention

Secteurs

– Industrie

– Services et conseils 

 – Finance et Assurance

– Distribution et Retail

Métiers

– Direction digitale et informatique – Cybersécurité

– Directeur Juridique et Fiscal

– Directeur Achats & Supply Chain

– Directeur Sales et marketing manager de transition

Nos réalisations

Managers

Profils recherchés

Rencontres et formations

Procadres International

Équipe

En France et à l’international

Management de Transition en Afrique

$

Clients

Areas of intervention

Sectors

Professions

Our Achievements

$

Executives

Becoming an Interim Executive

Profiles Required

Meetings and Training
$

Procadres International

About us

Our Team

Both in France and internationally

i

Actualités

FAQ

l

Contact

FAQ

l

Contact

Le management doit se réinventer

Dans la presse

#MANAGEMENT – Dans une interview à l’Usine Digitale, Martin Reeves, Directeur associé du bureau new yorkais du Boston Consulting Group (BCG), présente son dernier ouvrage « Quelle stratégie pour votre stratégie » et explique pourquoi, selon lui, « l’avenir est au déséquilibre intelligent ». Extraits:

« Le management à l’ancienne était très monolithique. Une fois la décision prise, elle ruisselait de haut en bas dans toute l’entreprise. Aujourd’hui, il faut quasiment créer ce déséquilibre, l’entretenir en permanence. L’objectif est de réussir à tester constamment de nouvelles choses.

« L’entreprise qui réussit aujourd’hui n‘a plus rien d’une organisation figée ou tout se décide en haut. Ce mode de décision peut être toujours adapté, mais pas pour tout, tout le monde. Diversifier les manières de décider est indispensable. Une des complexités du métier de dirigeant aujourd’hui est qu’il doit savoir adapter au cas par cas ».

« J’ai aussi fait des séminaires un peu partout dans le monde et je demandais à chaque fois quelles entreprises parmi les présentes avaient entrepris une transformation au cours des deux dernières années. A chaque fois tout le monde levait la main. Or trois quarts de ces transformations sont des échecs. Parmi les nombreuses raisons, je tiens à souligner que souvent le principal ennemi ce sont les succès passés. Trop de dirigeants bloquent parce qu’ils pensent que ce qui a réussi hier fonctionnera aujourd’hui mais aussi demain. Ajoutez à cela l’idée fort répandue selon laquelle changer est trop compliqué et qu’on va continuer de la même façon et vous avez une idée assez juste des blocages ». (retrouvez ici l’ARTICLE INTÉGRAL)

Articles récents

Articles similaires